je fais un don
Bouton Menu Mobiles

Pour favoriser la qualité de l’éducation au CONGO-Brazzaville

L’appel soutient activement l’apprentissage scolaire de 6000 enfant du quartier de N’Goyo à Pointe-Noire

Accueil > Nos actions > Education > Pour favoriser la qualité de l’éducation au CONGO-Brazzaville

Pour réaliser la promesse de l’éducation, nous devons donner une place prioritaire à l’apprentissage, pas seulement à la scolarisation.


Des professionnels de l’enseignement en France forment les enseignants des écoles publiques d’un quartier populaire de Pointe-Noire (Congo)

Dans le Morbihan (antenne de L’Appel), plusieurs professionnels de l’enseignement ont formé une équipe. Tous mettent bénévolement leurs compétences à profit pour participer à la formation de leurs collègues en poste dans les quatre écoles publiques du quartier de NGOYO à POINTE-NOIRE. Ils participent ainsi à hauteur d’un territoire aux objectifs fixés par le Gouvernement en matière d’enseignement.

Le programme de formation, qui lie la théorie à la pratique, est construit avec les partenaires locaux :

  • le Directeur Départemental de l’enseignement
  • les 4 écoles publiques du quartier
  • 30 enseignants et directeurs d’établissement
  • 6000 enfants scolarisés
  • et notre partenaire locale : l’association l’ASAD

Compte tenu des conditions d’enseignement, un enseignant pour une centaine d’enfants, nous devons accompagner les enseignants à adapter leur pratique, être créatif, partir des ressources du territoire et construire collectivement leur identité professionnelle.


Un constat alarmant concernant la formation des enseignants

Une lacune essentielle de l’éducation en République du Congo est que l’école de formation des maîtres au plan national n’existe plus.

C’est la cause de problèmes majeurs :

  • La qualification des enseignants peut être inexistante, parcellaire ou de médiocre qualité.
  • Les écoles ferment ou ne sont pas ouvertes.
  • Les classes sont surchargées, le nombre d’élèves par classe peut s’élever jusqu’à 150-180. L’instauration de « vagues » matin et après-midi est donc incontournable.

Depuis 2018 le gouvernement de la république du Congo considère la formation initiale et continue des enseignants comme l’un des piliers de la stratégie sectorielle de l’éducation.


L’ambition et l’action de L’ Appel s’inscrivent dans la celles de la Banque Mondiale

Fin 2019, le Groupe de la Banque mondiale a fixé une nouvelle cible à atteindre à l’horizon 2030 :

réduire au moins de moitié la pauvreté des apprentissages dans le monde. La pauvreté des apprentissages correspond au pourcentage d’enfants ne sachant ni lire ni comprendre un texte simple à dix ans.


En effet, l’enfant peut être scolarisé mais ne pas en retirer un apprentissage concret.
Les raisons sont les suivantes :

L’Appel s’inscrit dans cette ambition et souhaite donc professionnaliser les compétences des enseignants au Congo afin qu’ils puissent, à leur tour, permettre aux enfants d’apprendre réellement.



Pourquoi L’ Appel poursuit son action au Congo ?

En République du Congo (Congo Brazzaville), la chute des cours mondiaux du baril de pétrole et le recul de la production pétrolière depuis 2014 conduisent à une grave crise économique qui secoue Pointe-Noire. La baisse de l’activité économique se traduit par des fermetures d’entreprises, de commerces, de services et des suppressions importantes d’emploi qui aggravent le chômage des jeunes déjà endémique.


Depuis plusieurs années, L’Appel apporte son soutien au Congo par la prise en charge d’enfants orphelins ou en situation de grande précarité et la création d’un réseau de parrainage, et par la formation des intervenants de la Petite Enfance.



Pour en savoir plus :

👉 Contact


vous voulez vous engager avec l’Appel ?

Rejoignez nos équipes de bénévoles dans votre région !

bénévole l'appel France

Cliquez pour découvrir notre formulaire bénévole !